Accueil

La Station marine

La Station de Biologie marine du Muséum national d'Histoire naturelle et du Collège de France occupe à Concarneau, une situation privilégiée sur la côte sud du Finistère à proximité de l'archipel de Glénan et d'un ensemble unique d'estuaires maritimes à haute productivité. Le port de pêche de Concarneau, par lui-même, constitue une source exceptionnelle en raison de la diversité des zones exploitées et des techniques utilisées.

De l'élevage de poissons

Créée par Victor Coste, professeur au Collège de France en 1859, la station de biologie marine de Concarneau constitue la plus ancienne station marine du monde. Dédiée, à l'origine, à l'élevage des animaux marins, la station est rapidement devenue un centre scientifique et intellectuel très actif. Les techniques d'élevage des poissons plats y sont mises au point à la fin du siècle dernier de même qu'y sont réalisées les expériences de base de l'embryologie expérimentale (Chabry, 1887).

 

La station en 1859.

La biochimie comparée prend son essor à Concarneau avec FORKIN et ROCHE. La caractérisation de l'hormone thyroïdienne doit beaucoup aux travaux de ROCHE dans les années 50.

Victor COSTE (1807-1873) - Fondateur du Laboratoire [Photo Le Grand]. M. FABRE-DOMERGUE (1861-1940) [Photo Le Grand].

 

Dans le domaine de l'archéologie préhistorique, les systèmes d'identification des poissons à partir de leurs vertèbres s'appuient sur les travaux de DESSE et DU BUIT en 1970.
 

À un lieu de recherche scientifique

 Aujourd'hui, la station marine de Concarneau développe des recherches fondamentales sur les enzymes et les hormones des organismes marins avec des applications dans différents domaines de l'agro-alimentaire ou de la santé. Depuis 1996, la station est gérée par le Muséum national d'Histoire naturelle en concertation avec le Collège de France.

 

La station en 2009 [Photo P. Lafaite, © MNHN].

 

>> Téléchargez l'historique de la station de biologie marine de Concarneau

 

Des informations complémentaires sur l'origine du vivier-laboratoire et les débuts de l'Ostréiculture sont disponibles dans un ouvrage de Gueguen et Le Maitre Matelots de Concarneau (1990).
Des informations sur la station à la fin du XIXe siècle sont également disponibles dans le livre de Davis La chasse aux loups (1896) ainsi que dans la correspondance de Gustave Flaubert.

La station marine de Concarneau développe deux grands axes de recherche :
- biologie expérimentale, biochimie et biologie moléculaire des organismes marins ;
- environnement - biotechnologies marines - écotoxicologie.

La Station est également un lieu d'accueil et de diffusion des connaissances :
- biologie et biochimie marine ;
- stages de terrain, étude et découverte du milieu marin ;
- le Marinarium, un espace grand public.